Dédé le nain bourray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dédé le nain bourray

Message  Soliddneok le Dim 15 Nov 2009 - 18:08

OK, je serais un pionnier en la matière, mais ayant eu l'invitation explicite de la cheftaine, je viens ici oser poster le BG de mon personnage -globalement celui que j'avais imaginé à la base, mais modifié pour coller avec celui de votre guilde. Pardonnez-moi si des incohérences se forment, j'ai lu votre BG mais ne le connait pas sur e bout des doigts, n'hésitez pas à me souligner les contradictions et je corrigerai le tout.



Premières et simples choses à constater lorsqu'on croise Ddneok. Il n'a rien d'héroïque. Plus que cela : il est l'antithèse du héros, le contraire même de ce qu'il faut faire pour parvenir au rang de héros. Il est petit, laid, lâche, puant et stupide . Son apparente sympathie dissimule avec peine son caractère grincheux.


Ce nain à l'âge indéfinissable est né dans une communauté de bergers, là où se tient l'actuelle écurie de Dun Morogh. Son père, un fermier bègue (ce quiexplique le caractère imprononçable du nom de Ddneok) et veuf, l'a élevé seul ; le simple fait de naître fut pour lui une première erreur, car sa mère mourut de faiblesse, quelques heures après l'avoir mis au monde.

Ignoré par la Lumière, trop simple d'esprit pour apprendre l'art des des arcanes et trop faiblard pour embrasser une carrière militaire, Ddneok, devenu adulte, survit en détroussant les voyageurs isolés qui arpentaient les routes de Dun Morogh -à noter qu'il tomba plusieurs fois sur des adversaires trop forts pour lui, ce qui lui valut de nombreuses déculottées dont il porte encore aujourd'hui les douloureuses marques.


Rapidement arrêté par la milice royale, puis transféré à Lordaeron pour tentative d'évasion (lamentablement ratée), Ddneok passa une vingtaine d'années à moisir dans une cellule crasseuse. Jusqu'au régicide doublé d'un parricide commis par Arthas : alors vint le Fléau. N'ayant pas oublié ses anciennes quoique rare compétences, Ddneok parvint à s'évader de prison. Errant des jours entiers, témoin silencieux de la corruption du Fléau, il fut capturé par une bande d'esclavagistes humains venus passer la zone au peigne fin en quête de survivants. Vendu à Gadgetzan, il y œuvra de nombreuses années pour racheter sa liberté.

Travaillant pour le compte des gobelins, il fut notamment envoyé au Royaume de Hurlevent pour faire entrer en ville des armes et des mets de contrebande. Alors qu'il commençait à se tisser un réseau de connaissances parmi les diverses organisations délictueuses qui gangrènent la cité, sa malchance congénitale le rattrapa. Il fut capturé alors que ses poches venaient de s'alourdir du pactole de quelque fourgue malhonnête ; dépouillé de ses biens et jeté en prison, il passa de nouveau quelques années loin de la lumière du soleil.

Jusqu'aux récentes émeutes qui éclatèrent dans les geôles de Hurlevent -peu talentueux mais surtout opportuniste, Ddneok saisit cette occasion pour s'échapper. De nouveau livré à lui-même dans une cité désormais devenue hostile à tous points de vue (la garde le traquait toujours et les autres bandits de la ville gardaient un oeil sur lui), il n'eut d'autre choix de jouer son ultime et dernière carte.



[/RPmod] : Pour la suite à voir, j'avais bien l'idée d'envoyer Dédé postuler dans la Guilde de Hurlevent par l'intermédiaire du SI:7 (vu qu'un poste d'espion est libre, quoique le personnage IG fasse déjà partie d'une guilde), pour le placer sur le chemin de la rédemption tout en le mettant à l'abri de ses ennemis -la guilde le protégerait alors grâce à une sorte de "pacte" avec la milice locale, qui cesserait de s'intéresser à lui. En retour Ddneok userait de ses relations pour lutter contre les réseaux un peu douteux qui auraient éveillé l'attention des autorités, et servir les intérêts de la guilde et du royaume.

Tout dépend des règles de votre guilde et la limite des possibilités d'un personnage déjà guildé.
avatar
Soliddneok


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
0/0  (0/0)
Rôle dans la Guilde: Ambassadeur des Icecrown Kingdom

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Invité le Dim 15 Nov 2009 - 18:21

Ha j'aime beaucoup !
Tu écris d'un façon pas commune c'est plaisant à lire. Pour la suite c'est à voir... rien ne t'oblige a intégrer la guilde pour RP avec nous bien sur.
L'avenir nous dira ce qui arrivera à DDneok !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Soliddneok le Dim 15 Nov 2009 - 18:35

De deux choses l'une :
-soit on considère mon perso comme "semi-intégré" (il reste bien sûr chez les IK mais peut participer aux events, est considéré comme membre en RP ou autres) ;
-soit je reroll un personnage identique, qui je réserverai un RP.
Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients
avatar
Soliddneok


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
0/0  (0/0)
Rôle dans la Guilde: Ambassadeur des Icecrown Kingdom

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  donavan le Lun 16 Nov 2009 - 1:41

merveilleux ,j'adore ton rp.
Faut absolument que tu nous rejoignent !
(c'est quand méme marrant ton personnage est en compléte opposition avec celui de niradil.J'vais peut etre bien reconsidéré mes paroles et venir jeté un oeil a votre event.Mais bon on est pas la pour parler de ça Mais pour dire bravo a un écrivain trés doué !)
avatar
donavan


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
100/100  (100/100)
Rôle dans la Guilde: Prétre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Soliddneok le Lun 16 Nov 2009 - 14:57

UP§
Cela fait un moment que je poste à tout va des textes RP sans logique ni cohérence. Enfin sur un forum RP digne de ce nom, voilà l'occasion de tous les ressembler o/
J'essaierai de les classer par ordre chronologique (quoiqu'il m'arrive souvent de me replonger dans le passé du personnage pour mieux préciser son avenir). Je commence donc avec une série notamment parue sur le forum des Lightning, qui suit le parcours de Ddneok, alors simple vagabond soumis à l'autorité de Jorach Ravenholdt. Et point d'inquiétude, je ne serai pas feignasse au point de ne c/c que des textes déjà écrits : beaucoup d'autres sont en préparation =)
Bonne lecture


Dernière édition par Soliddneok le Lun 7 Juin 2010 - 23:23, édité 1 fois
avatar
Soliddneok


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
0/0  (0/0)
Rôle dans la Guilde: Ambassadeur des Icecrown Kingdom

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Soliddneok le Lun 7 Juin 2010 - 23:22

Ravenholdt
L’horreur du carnage emplit et martyrise chaque sens. La vue des corps mutilés jonchant le sol est à peine supportable ; l’odeur de chair brulée est écœurante ; le seul son du craquement du bois encore brulant est désagréable à l’oreille, comme sorti de toute réalité. Un des enquêteurs se penche au sol et examine dans la cendre de fraiches traces de pas d’un air expert...
... avant d’éternuer violemment, dispersant cendres et empruntes.



Un haut-elfe au teint pale, aux cheveux roux et aux yeux blancs s’avança en imitant à merveille l’admiration naïve.
« Quel talent, dit-il d’une voix pincée et moqueuse, quel tact et quelle finesse ! »
L’autre enquêteur se redressa et se moucha bruyamment dans une pièce de tissu sale. Sa petite taille et sa corpulence ne faisaient aucun doute quant à son appartenance raciale.
« Bah, fermez votre gueule, Sanath*, maugréa-t-il non sans passer par un nettoyage approfondi de ses fosses nasales. C’t’à cause de c’te putain d’cendre. Ça m’fait éternuir, j’y peux rien. »
Le dénommé Sanath jeta un regard circulaire aux alentours –les ruines encore fumantes de l’auberge et les corps n’étaient pour ses yeux qu’un spectacle macabre de plus. Seule la suie le dérangeait ; il remontait d’ailleurs prudemment le bas de sa cape pour ne pas la salir, et avançait avec précaution. Son nanesque compagnon, lui, se trainait littéralement dans la poussière, ignorant toute précaution hygiénique, au plus grand dégout de l'elfe. Sa longue barbe grise et sa queue de cheval négligemment nouées étaient noircies par la cendre.
« Et par quel miracle comptez-vous maintenant trouver des indices sans les traces que vous venez de faire disparaitre, maitre Ddneok ? s’enquit Sanath, toujours de ce ton moqueur et méprisant.
–Y’a d’aut’traces, ici.
–Ce sont les vôtres, maitre Ddneok. C’est la troisième fois que vous effectuez un tour complet sur vous-même, maitre Ddneok,
–Ah ouai... Et c’machin ? reprit le nain en tirant d’un monticule poussiéreux un vieux bouclier calciné. On pourrait p’tet en tirer que’qu’chose, nan ?
–En effet, admit Sanath en reprenant son sérieux. Mais il me faudrait l’analyser...
–Tiendez alors ! fit le nain en jetant l’objet à l’elfe, qui tressaillit avec un bond de coté.
–Pas question que je touche à cet immondice! »


Ddneok fit de nouveau le tour des ruines. Il passa devant les vestiges d’une cheminée, trébucha sur un corps brulé, et se vautra tête première dans la cendre. Ses petits yeux rouges tombèrent alors sur un objet métallique dépassant du sol.
« Et ça, et ça ? lança-t-il en plaçant l’objet sous le nez froncé de l’elfe. C’est p’tet un indice ?
–Possible, répondit hâtivement Sanath en s’écartant. Mais gardez-le pour vous. »
Fier de sa découverte, le nain fourra sa trouvaille dans le lourd et vieux sac arrondi qu’il portait sur le dos. Une heure durant ils fouillèrent les décombres silencieusement, chacun à sa manière –Sanath, patient et méthodique, examinait attentivement chaque recoin, les sourcils froncés, la respiration contenue. Mais il ne touchait à rien, gravant dans sa mémoire les détails notables. Son compagnon était nettement moins circonspect, fourrant ses grosses mains maladroites dans la cendre encore rouge et tâtant chaque surface.


Au détour d’un coin de l’auberge, Sanath passa près de Ddneok, et put sentir l’horrible odeur de crasse, d’alcool et de suie qui s’en dégageait. Ce n’est qu’alors qu’il porta un regard attentif sur le nain –il s’était jusqu’à présent contenté de le dévisager d’un air hautain, depuis le jour où ils étaient partis en mission, sans vraiment l'observer. Il n’y avait rien de notable chez Ddneok : c’était un nain, et Sanath n’avait jamais su différencier chaque membre de cette horripilante race. A y regarder, celui-ci semblait bien plus âgé que son expression rustre et ses gestes énergiques ne le laissaient voir. Son visage gris, tiré et ridé, manifestait les ravages du temps... et sans doute, pensa Sanath en ricanant intérieurement, de l’alcool. Il soupira –maladroit, sans éducation et peu vif d’esprit, Ddneok avait seulement pour lui l’avantage d'être moins belliqueux que la plupart des nains, pensa-t-il.
« Qu’est-ce z’avez à m’mater ? lança le nain, croisant subitement son regard. C’pas ma bobine qu’z’etes censé reluquer.
–Tu es de bien mauvaise humeur, mon ami.
–Ouvrez vos mirettes à défaut d’vot’grande bouche. On a aut’chose à fiche que d’se r’garder dans l’blanc des yeux. »
Sanath haussa les épaules et poursuivit son inspection.
Sa botte craqua sous un morceau de bois. Avec force précaution, il le dégagea de la cendre du bout du pied. Sa finesse lui permit d’extirper du sol une sorte de petite enseigne sans même se salir. Y était gravé :
« Auberge de repos ombragé »**
Il demeura pensif quelques instants durant. Cet établissement, quoique situé en territoire contesté, avait toujours été inoffensif pour la Horde comme pour les Défias infestant le marécage d’Aprefange. La première avait toujours concentré ses assauts sur Theramore, délaissant cette petite taverne isolée ; les seconds avaient toujours profité de ses lits et de sa nourriture sans plus d’histoires. Qui aurait eu intérêt à déclencher un tel carnage ? Et pourquoi ?


« J’sais pas qui a foutu c’merdier, mais faut êt' sacrément cintré ! s’exclama plus loin Ddneok, faisant écho à ses pensées. Ces salauds ont cramé toute la réserve. Des générations d’bonne vinasse gâchée, si c’est pas malheureux. »
Pensif, Sanath arpenta silencieusement les ruines, le regard évasif et les sens alertes, comme pour s’imprégner de l’endroit et percer son mystère. Ddneok lâcha un juron dont l’elfe ne saisit meme pas le sens.
« Zob alors, y z’ont poussé l’vice jusqu’à bousiller toutes les cruches du vaisselier... ! Y’a des coups d’pied au fion qui s’perdent, moi j’dis. »
Sanath ferma les yeux, s’isolant dans une extrême concentration. Il était tenté d’intimer sèchement au nain de se taire, mais il se sentait proche de la réponse, comme si toutes les pièces du puzzle étaient étalées devant lui, ne demandant qu’à être assemblées.
« Bordel, r’gardez un peu ça ! » s’écria le nain en tirant des cendres un objet long, noir et pointu.
Sanath y posa un œil désintéressé –mais il y revint rapidement.
« ... on dirait une corne, murmura-t-il.
–Ouai. Mais c’bizarre, y servaient pas la bibine dans des cornes, ici.
–Comment le sais-tu ? »
Cette question parut affecter le nain jusqu’aux téfonds de sa personne.
« J’ai fait toutes les tavernes de c’foutu pays, moi, monsieur l’sceptique de sa race. J’ai gouté à toutes les bières et bu dans toutes les cruches ! Et j’peux v’dire que l’vieux James aurait jamais fait la connerie d’servir dans des cornes –on réserve ça aux délicats d’l’anguille et aux ramollos du bulbe, s’iou voyez c’que j’veux dire.
–Pas de cornes, hein, admit Sanath. A y regarder de plus près, celle-ci n’a d’ailleurs pas la forme des cornes à boire usuelles. Elle est trop longue et peu épaisse. Et puis, pourquoi n’aurait-elle pas brulé avec le reste si elle faisait partie du vaisselier ?
–Ouai, ça r’semble pas à une corne de bouc. On dirait une corne de ces foutus bovins. (Il ajouta, dépoussiérant l’objet.) Sauf que c’pas la faute de la suie si elle est noire. On dirait qu’elle est d’jà sombre.
–Un tauren ? Mais pourquoi la Horde, et particulièrement les taurens détruirait-ils cette auberge, alors qu’ils ne s’y sont jamais intéressés jusqu’à aujourd’hui ?
–Bah c’est p’tet la faute de ces aut’vaches à pattes, là, fit Ddneok en désignant un point vague dans les marais. Y sont pas d’la Horde j’crois. Une embrouille entre chefs de clans. Z'aiment pas plus les humains qu'les orcs, de c’qu’on m’a dit.
–Les Totem-sinistres***, réalisa Sanath avec un sourire, avant de se tourner vers son compagnon : mon ami, tu n’es décidément pas très futé, mais tu es le premier nain capable de réflexion que j’aie rencontré.
–Azi d’où vous m’traitez d’incapable ?... 'fin j'sais que les taurens sont tous un peu crétins, mais l'quel aurait l'idée d'signer leur passage en laissant une putain d'corne sur place?
–Nous le saurons bien assez tôt, fit Sanath avec un hochement de tête. Conservez la corne bien précieusement.
–Z’inquiétez pas, j’risque pas d’la paumer, j’la fourre dans mon slibar, » dit Ddneok en joignant le geste à la parole, ce qui n’eut rien pour rassurer l’elfe.



Pataugeant dans la boue et dans la crasse, ils s’enfoncèrent dans les marais. Sanath avait pensé à tout, et avait enroulé ses bottes dans de larges feuilles imperméables. Quant à Ddneok rien ne semblait le déranger –le bout de sa barbe trempait même dans la boue. L’elfe ne cessait de dévisager le nain, qui finit par lui décrocher un regard menaçant.
« Qu’est-ce z’avez à m’mater ? C’pas ma bobine qu’z’etes censé...
–Comment es-tu entré au service de la Maison ? trancha brusquement l’elfe. C’est ce que je me demande depuis le début de l’expédition –et plus je t’observe, plus les questions fusent. Tu n’as ni compétences ni savoir. Pas d’éducation, pas de rang et pas de relations. Comment le seigneur Jorach*² a-t-il pu t’accepter parmi nous ? Tu es à peine d’allumer un feu sans embraser la moitié du pays ! lacha-t-il, évoquant de pénibles souvenirs.
–Euh... Ouai, mais je sais m’coller des anchois dans les narines. V’voulez voir ?
–Trêve de plaisanteries. Le seigneur Jorach aura certainement fait une erreur de jugement lorsque tu t’es présenté à lui.
–J’me suis pas présenté, c’lui qu’est v’nu m’chercher.
–Et pourquoi ? Je suis même certain que tu serais bien incapable de vaincre un murloc crevé, ricana Sanath en posant un regard sur les clous rouillés que portait Ddneok en guise d’armes.
–J’ai jamais voulu servir vot’baraque –j’demande rien à personne, sinon qu’on me foute la paix. Mais on m’y a forcé.
–Pourquoi ?
–Bah... Une longue histoire.
–Nous avons tout notre temps –à ton allure pataude il nous faudra bien quatre heures pour parvenir à Theramore.
–Ok, Ok... S’iou insistez. J’vous raconte tout depuis l’début –mais faudra pas v’nir chouiner qu’c’est pas aussi épique qu’les habituels récits héroiques, hein ! Moi j’fais pas dans l’héroique. J’sais même pas c’que c’est qu’l’héroïsme, et c’d’ailleurs la première fois d’ma vie qu’j’arrive à prononcer l’mot sans buter.
« ... alors, hein. Attendez-vous à du lourd, j’fais pas dans la dentelle... »


Références:
*Sanath Lim-Yo (Azschara) : un des rares hauts-elfes de Kalimdor. Il est le serviteur de l'archimage Xylem (peu important dans l'histoire de Warcraft, mais PNJ visible en Azchara), qui travaille de concert avec la Maison Ravenholdt.
**Auberge du repos ombragé (Marécage d'Aprefange) : établissement ravagé par la tribu des Totems-sinistres -une suite de quêtes permet d'en savoir plus sur ce qui s'y est véritablement passé.
***Clan du Totem-sinistre : faction brutale et sanguinaire de taurens, séparée du clan Piton-du-Tonnerre depuis son allégeance à la Horde. Raciste et réactionniste, le clan Totem-sinistre prone le retour au véritable chamanisme, et massacre membres de la Horde comme de l'Alliance sans distinction -exception faite des Réprouvés, avec qui il entretient d'étranges relations, prétendant vouloir le « guérir » du mal du Fléau.
*²Jorach Ravenholdt (Montagnes d'Alterac) : seigneur des voleurs


Dernière édition par Soliddneok le Lun 28 Juin 2010 - 15:27, édité 1 fois
avatar
Soliddneok


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
0/0  (0/0)
Rôle dans la Guilde: Ambassadeur des Icecrown Kingdom

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Pretorkos le Mar 8 Juin 2010 - 7:13

[HRP]
je kiff de trop ^^
j'espère que tu va continuer!! et surtout nous donner l'histoire de la taverne parce que moi elles beugaient a chaque fois les quêtes je croi ^^.

Vivement la suite!!

Tien sa me fait penser qu"il faudrait que je fasse évoluer mon bg xd

[/HRP]
avatar
Pretorkos
Officier


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
100/100  (100/100)
Rôle dans la Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Khvändrill le Mar 8 Juin 2010 - 18:39

[HRP]Toujours aussi fun, toujours aussi... fun.
Bien joué, Grand Vaudou, et vivement la suite de tes trépidantes aventures [/HRP]
avatar
Khvändrill
Officier


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
100/100  (100/100)
Rôle dans la Guilde: Officier de la Milice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Kappou D'Araweth le Mar 8 Juin 2010 - 18:49

Haha ! C'est très sympa à lire ! =D
Et pis recherché pour bien coller à l'univers de Wow !

J'ai hâte de savoir par quel prodige ton nain s'est retrouvé là ! :p
avatar
Kappou D'Araweth


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
30/100  (30/100)
Rôle dans la Guilde: Académie des Sciences et de la magie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Soliddneok le Lun 28 Juin 2010 - 15:25

Content de savoir que ça a plu =)
@Pretorkos : toutes les questions trouveront une réponse!


Ravenholdt (II)
La poésie et la beauté de la narration l’emportent sur l’insalubrité troublante des lieux. Les mythes et les légendes chassent, de la force de l’émotion, peurs et angoisses. Assuré par l’emprise de son récit sur ce pan-ci de réalité, le narrateur s’élance dans une dernière exclamation venue clore son dantesque récit :
« Bah putain, z'auriez vu c'qu'ils ont pris dans leur cul, on leur a collé la branlée du siècle ! »


La puanteur des marais quasi-insoutenable donnait à Sanath une affreuse nausée. Mais ce n’était rien en comparaison du dégoût qu’il éprouvait à l’écoute des histoires du nain.
« Des tripes, de la cervelle et des boyaux partout. On a galéré pour les enterrer, j’vous dis pas, l’a fallu récupérer les morceaux et essayer de reconstituer les corps... puis pas se gourrer d’cerceuils. C’pauvres gars n’avaient pourtant rien fait d’mal. M’enfin l’Syndicat y sont comme ça. Y rigolent pas avec la thune. Y'a deux trucs qui comptent pour eux dans la vie : le fric et la manière de l'planquer. Au fait, j’vous emmerde pas trop avec mes histoires de voleur ?
-Non, mentit Sanath. C’est éminemment... édifiant.
-Je veux ! Quand on sait qu’une poignée d’ce putain d’trésor aurait suffi à acheter le continent, on réfléchit à deux fois avant d’faire des conneries. Un gros paquet de fric vous crédite toujours d’une tonne d’emmerdes, ‘m’en suis rapidement rendu compte. Moi j’dis : si la fortune sourit aux audacieux, bah c’pas logique que les bourges aient si peu de burnes quand on connait les risques qu’il faut prendre pour se faire de la maille, d’nos jours. M’enfin imaginez qu’z’arriviez à planquer l’fric dans l’trou d’balle d’un démon –si vous restez en vie assez longtemps pour vous faire oublier, z’avez des chances de passer l’reste de vos jours tranquille ? »
Au grand soulagement de Sanath, Ddneok fut momentanément interrompu ; sa botte collée contre le sol boueux le fit glisser et tomber tête première dans une flaque de vase. Comme si de rien n’était, le nain se redressa et poursuivit ses élucubrations.
Le haut-elfe poussa un long soupir. Alors, il focalisa son attention sur les secondes qui passaient...
« Encore... trois jours. »



Grave et impassible, le seigneur Jorach Ravenholdt arpenta quelques instants la longue salle à manger, le regard froncé, la mine dure. A la table, une dizaine de nobles d’Hurlevent mangeaient et plaisantaient bruyamment. Tenu à l’écart de la réception, près de la porte d’entrée, Ravenholdt faisait face à deux de ses serviteurs.
Il s’immobilisa, le regard subitement éclairé. Ses yeux noirs, cernés par l’âge et étincelants d’intelligence, brillèrent.
« Répétez-moi, dit-il d’une voix douce mais forte. Comment étaient disposés les corps ? »
Sanath prit la parole, alors que Ddneok se curait distraitement le nez.
« Aléatoirement, seigneur. Aucun rituel ni sacrifice ne s’est déroulé là-bas : ce fut un massacre pur, une simple démonstration de brutalité.
-Alors je doute en ce cas que les Totems-sinistres soient responsables de ce drame, déclara Ravenholdt. Ce sont des renégats –mais quand bien même des taurens. Ils entretiennent respect et humilité vis-à-vis des morts, même de leurs ennemis. Ils n’auraient jamais laissé des corps dans de si disgracieuses putréfactions.
-Le massacre aurait pu avoir lieu après la destruction de l’auberge même ?
-L'affaire est trop grave pour que je puisse vous en laisser la direction désormais, trancha le seigneur Jorach. J’enverrai une commission d’inspection spéciale étudier les lieux plus en détails. »
Ravenholdt se détourna sans s’éloigner, le regard soucieux. A la table des convives, les discussions enjouées allaient bon train. Ddneok loucha sur les victuailles qui s'y partageaient.
« Seigneur, pourquoi accorder tant d’attentions à cet établissement ? Je veux dire... Des auberges alliées sont brûlées presque chaque jour, sans que vous n'engagiez votre responsabilité dans l'affaire. Pourquoi changer aujourd'hui ? » risqua Sanath.
L’elfe comprit que son indiscrétion était maladresse, mais Ravenholdt sourit.
« Outre les considérations philanthropes : j’avais une dette envers le propriétaire de l’auberge, voilà tout. Il me semblait normal de tout faire pour qu’une telle catastrophe ne se produise jamais. J’ai beau avoir échoué, ma dette est impérissable. Les responsables paieront. »
Sanath acquiesça gravement ; le seigneur Jorach avait prononcé ces derniers mots avec une conviction à la fois glaciale et naturelle, tant et si bien que l’elfe n’osa dire mot.
« Merci messieurs. Vous recevrez vos prochains ordres en fin de journée. D’ici-là, rompez –mais pas vous, Sanath. »
Soulagé de sa permission, le nain retira un gros doigt de son nez, avant de se retirer lui-même de la pièce, avec un dernier regard vers la table richement garnie. Ravenholdt attendit que le pas lourd et bruyant du nain se fut éloigné, avant de prendre la parole d'un air soucieux :
« Comment était-il ?
-Il est... plein de bonne volonté, hésita l'elfe, en choisissant soigneusement ses mots.
-Soyez franc. »
Sanath se décontracta.
« Il est à peine capable de faire un pas devant l'autre sans que la malchance, la maladresse ou ces deux sœurs jumelées ne s'abattent sur lui. Comme tous les nains, il a du flair. Mais ses capacités olfactives ne compensent pas son imbécillité chronique. C'est un inqualifiable boulet, rustre, sale et malodorant. »
L'elfe avait lâché ces mots avec toute la grâce des gens de sa race. On le sentait soulagé d'un lourd poids.
Ravenholdt sembla peu surpris par ces propos -tout juste légèrement déçu. Il poussa un soupir et s'assit parmi ses convives. Il tira une chaise près de lui et invita l'elfe à prendre place.
« Très sérieusement, et avec tout le respect que je vous dois, ricana Sanath en acceptant poliment l'invitation. Que fait-il au service de votre Maison ?
-N'y pensez plus, trancha à nouveau Ravenholdt. Mangez. »



Ddneok quitta le Manoir Ravenholdt sous les regards intrigués des voleurs et des renégats au service du seigneur Jorach. Il escalada littéralement son vieux bouc boiteux, lequel descendit les collines avec autant d'assurance qu'un ogre jouant les équilibristes.
L'air de Hautebrande était emprunt de la fraicheur de la nuit. Les étoiles scintillaient, projetant une lumière sans couleur sur les pins majestueux. Les sabots du bouc glissaient sur l'herbe grasse et la terre humide. Ddneok et sa monture suivirent un sentier boueux, délimité de barrières en bois pourri. Ils évitèrent, plus par hasard que par habileté, la direction de Moulin-de-tarren, et filèrent vers l'ouest, en direction d'Austrivage.
Le petit village, en bordure de la mer, se nichait entre une rivière claire où flottaient de paisibles gueules d'acier, et entre les collines pentues et abruptes. Les maisonnettes ensommeillées se dressaient dans la tranquille clarté de la nuit. Tous les bâtiments étaient inactifs, hormis la forge d'où s'élevait encore la fumée des fourneaux et le son du travail du métal. Une paire de gardes du comté jeta un bref regard au cavalier maladroit, le saluèrent et lui laissèrent le passage.
Ddneok parcourut la place centrale du village, déserte et silencieuse, et attacha sa monture aux écuries -laquelle s'étala bruyamment au sol comme une carcasse morte en respirant laborieusement. Ddneok mit à sa portée une bassine d'avoine et un sceau d'eau fraîche, puis s'éloigna en bordure de la ville.


Ses pas le conduisirent près d'une statue érigée en hommage aux héros déchus. Imposante et parfaitement entretenue, elle occupait tout l'espace visuel de l'humble cimetière de la ville. Mais Ddneok s'en détourna, pour se pencher sur une minuscule tombe moisissant à l'ombre de la haute sépulture. Un souvenir invisible et oublié, à moitié recouvert de mousse et surmonté de mauvaises herbes.
Le nain s'agenouilla au sol. Puis se recueillit. Les ténèbres masquaient la tristesse de son visage. Sous sa barbe crasseuse, ses lèvres étaient crispées d'émotion.
Une silhouette le recouvrit alors tout entier. Une lourde main se posa sur son épaule.
« Il est temps de laisser les fantômes là où ils sont, mon ami » grommela une voix rocailleuse.
Ddneok tressaillit et fit volte-face. Il tomba nez à nez avec un humanoïde hideux, au visage monstrueusement hybride. De sa gueule à la mâchoire protubérante dépassaient deux énormes crocs acérés comme des défenses. Une barbe grise tressée en deux nattes frisait le long de son torse. Ses yeux mutilés étaient bandés d'un morceau de tissu sale. Sur son crâne lisse poussait une queue de cheval.
L'orc, trapu et solide, faisait trois têtes de plus que Ddneok. Il était torse nu, révélant la musculature caractéristique de cette race guerrière et sauvage. Sa peau était parcourue d'estafilade, de cicatrices, de plaies mal guéries. Une cape de fourrure fixée à son cou couvrait la moitié de son corps. Il portait un pantalon de cuir rapiécé. Les griffes de ses pieds nus étaient noires et pointues.
Sa carrure, imposante et massive, accusait visiblement le poids de l'âge. De profondes rides marquaient le visage mutilé, et ses épaules étaient légèrement affaissées. Néanmoins il émanait de lui une étrange force, invisible mais pressante, calme mais brutale.
A un baudrier de mailles enserrant son torse et sa taille étaient fixées deux lourdes haches émoussées et inutilisables. Un harnais de même facture fixait dans son dos voûté des totems grossièrement conçus, des statuettes païennes et autres idoles tribales.
D'abord surpris, Ddneok se décontracta peu à peu. Il se dressa de toute sa taille face à l'orc. Ce dernier, s'il n'avait pas les moyens organiques de voir son interlocuteur, ne semblait aucunement gêné par sa cécité.
« Les regrets et la vengeance ont de trop mauvais goûts pour que tu t'y livres, poursuivit l'orc chaman, d'une voix brisée par les supplications.
-Les gardes te botteront le cul s'ils te voient ici, » rétorqua simplement le nain.
Au même instant passait une patrouille de soldats. Elle considéra vaguement Ddneok d'un regard suspicieux, puis passa son chemin.
« Zob alors, on dirait qu'ils ne t'ont pas vu, » s'étrangla le nain.
Le chaman afficha un sourire carnassier.
« Je peux me dissimuler aux yeux des vivants. Mais pas à ceux dont la destinée est exceptionnellement sombre.
-Ah, fit simplement Ddneok sans même relever, avant de se frotter les yeux d'un air ensommeillé. Vide ton sac, j'imagine que t'as pas ramené ton gras jusqu'ici juste pour m'faire une leçon d'morale. »
L'orc tira de son harnais un de ses totems et le planta sèchement dans le sol, près de la petite tombe. Une pulsion sourde émana de l'idôle -une étrange magie fut propulsée dans le sol, clarifia la terre, chassa les herbes mortes et restaura la sépulture. En quelques secondes, il semblait que l'enterrement avait eu lieu la veille. L'humble tombe était de nouveau belle et propre.
« Un simple conseil, cette fois-ci, murmura-t-il. Oublie les taurens noirs -ceux que l'ont appelle Totems-sinistres.
-J'aimerais te d'mander comment ça s'faire qu'tu fourres encore ton gros pif dans mes affaires, au point d'savoir que j'pourrais très bientôt avoir à leur botter l'cul. Mais j'ai peur de la réponse, t'sais...
-Alors abstiens-toi.
-Et t'es qui, toi, pour m'filer c'genre de conseils ? lâcha le nain. A bien réfléchir ça n'm'a jamais rien apporté d'bon d't'écouter marmonner tes conneries. »
Les sourcils de l'orc des froncèrent sous son bandeau.
« Ton maître voudra se venger des taurens noirs.
-C'vieux crétin de Ravenholdt n'est pas mon maître.
-Tu serais prêt à mourir à son service. C'est ce que j'appelle avoir un maître. Et le tien sera sans pitié pour ceux qui ont attaqué ses alliés. Il clamera vengeance.
-Ça m'va. ça nous f'ra du cuir en plus à tanner.
-Tu ne survivras pas à ce conflit, grogna le chaman en pointant un doigt vers le nain. Les esprits me le murmurent.
-Que les esprits aillent se faire mettre, s'énerva Ddneok. J'en ai raz l'bol que tout l'monde m'emmerde et me dicte c'que j'dois faire. Et c'pas un mystique d'mes deux qui va s'y mettre aussi ! »
Le chaman avait déjà tué pour de bien moindres offenses. Mais il passa outre l'insolence du nain et expliqua calmement :
« J'ignore pour quelle raison, les Éléments sont en ta faveur, nain. (Ddneok se figea dans sa diatribe.) Ils m'ont guidé jusqu'à toi il y a des années de cela -comment nier l'évidence après toutes ces situations délicates desquelles je t'ai sorti ?
-C'est qu'du hasard. T'as toujours aimé d'mêler d'mes oignons. J'ai d'ailleurs jamais pigé pourquoi, mais j'commence à m'faire à l'idée qu't'es simplement cintré.
-La preuve de cette attention, poursuivit l'orc avec une infinie patience, est que tu ne serais pas en vie à l'heure qu'il est si les esprits ne te réservaient pas un sort spécial. Je persiste à le croire.
-Et moi j'persiste à dire qu't'as les boulons d'travers. 'fin bon... quel est l'message du divin terroir ?
-Ne t'approche pas des taurens noirs. Ton maître t'enverra bientôt à leur encontre. Désobéis. Fuis. Déserte.
-Et m'faire tanner le cul quand la milice me r'trouvera ? T'es marrant toi. Ces putains d'vaches causantes ont massacré des humains. Pour ça, on en f'ra des entrecôtes. Ils ne sont qu'un groupe de bouseux terré dans un marais moisi et dégueulasse. J'vois pas c'que j'aurais à craindre d'eux. Puis j'serai pas seul, y'aura Sanath.
-Les elfes ne sont pas dignes de confiance. Sanath ne t'aidera pas.
-Alors aide-moi, toi ! J'vais pas m'défiler d'vant Ravenholdt sous prétexte qu'un orc édenté est v'nu m'dire que j'allais m'faire buter là-bas. »
Pour la première fois le chaman sembla déstabilisé. Il ouvrit la bouche et toussota simplement.
« Ouais, reprit Ddneok, assuré par cette hésitation. ça m'étonnerait pas que la Horde garde un œil sur les Totems-sinistres -s'ils avaient voulu leur casser la tronche, longtemps que ça aurait déjà été fait. Et dans la Horde, y'a des orcs -t'es un orc, alors aide-moi. Mène-moi jusqu'à vot'gourou, qu'on cause entre hommes.
-La Horde est naturellement hostile envers les Alliés, rappela le chaman. Elle ne fera qu'une seule bouchée d'un petit nain comme toi. »
Ddneok gloussa et se cura machinalement le nez.
« T'inquiète pas pour moi, j'ai l'habitude des emmerdes. »
avatar
Soliddneok


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
0/0  (0/0)
Rôle dans la Guilde: Ambassadeur des Icecrown Kingdom

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Khvändrill le Lun 28 Juin 2010 - 16:02

Mais que nous cache encore ce nain stupide ?!
Vivement la suite !
avatar
Khvändrill
Officier


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
100/100  (100/100)
Rôle dans la Guilde: Officier de la Milice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  donavan le Lun 28 Juin 2010 - 23:05

C'est génial !
Bravo, Bravo et encore Bravo !
avatar
donavan


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
100/100  (100/100)
Rôle dans la Guilde: Prétre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dédé le nain bourray

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum