Gaeralt Shiddle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gaeralt Shiddle

Message  Gaeralt le Lun 2 Nov 2009 - 20:34

Gaeralt Shiddle est né à Comté de l'Or, de l'union d'une jeune humaine et d'un gnome, il y a 32 ans. Ses traits et sa corpulence sont plus proches de ceux d'un gnome.

Ex-tanneur, voleur en apprentissage, il déteste qu'on lui parle de sa taille et se considère plus comme un homme qu'un gnome.
Sa mère est morte alors qu'il avait 17 ans, il n'a jamais connu son père, envers lequel il garde une rancoeur sourde.
Il se situerait dans un alignement neutre.
Il a grandi à l'écart des autres, enfant de la honte, puis a commencé sa vie comme apprenti chez un tanneur avec qui il a travaillé pendant des années. Il a quitté le Goldshire à ses 25 ans ; il décide de partir à la découverte des montagnes de Dun Morogh, puis s'établit près du Loch Modan, vivant un peu plus intégré sans l'étiquette du bâtard qui lui collait à la peau. Il se débrouille très bien en immersion dans la nature, et cuisine un peu tout ce qui lui tombe sous la main.

Il est petit quoique de stature élancée, une balafre sur la joue gauche lui a été léguée par son ancien patron (avant qu'il apprenne à éviter les coups quand le tanneur avait trop bu). Son regard ne reste jamais en place, auparavant à l'affut des baffes ou des pierres, maintenant guettant la moindre opportunité ou le danger.
Il supporte mal l'alcool, et n'ayant jamais trop fréquenté les femmes il se montre parfois un peu lourdaud avec elles (c'est à ses dépends qu'il a appris que les elfes sont vives et très fières, quand une elfette qu'il a sifflé lui a décoché un coup de pied dans l'entrejambe peu après son arrivée à Hurlevent).

C'est une bonne âme, bien qu'il ait vécu des choses difficiles il lui arrive seulement de manquer de conviction, il n'est jamais méchant ou cruel. Il tue quand c'est nécessaire, et ça ne lui fait pas plus d'effet que lorsqu'il abattait des sangliers pour les dépouiller de leur peau.


Il y a 32 ans, au fond d'une chaumière de Comté de l'Or, par un paisible soir d'automne...

-Aarrh...
- Le voilà ! Ca y est, il est sorti !
- Hfff, donnez moi de l'eau...

Une femme tend un broc à la jeune fille alitée, trempée de sueur. Ses yeux sont cernés, et le drap la couvrant quelque peu imbibé des fluides de l'accouchement. A peine a-t-elle le temps de se rafraîchir que l'autre femme lui tend d'un air bourru le nourrisson dont le cordon vient d'être coupé.

-J'ai terminé en ce qui me concerne, le chiard est en bonne santé. Prends-le dans tes bras, que diable!
- Vous aurez votre paiement comme prévu, Martha. Je vous en prie, ne dites rien à mon père... Je vous porterai des oeufs toutes les douzaines.
- Et dire que tu ne veux toujours pas me dire qui est son père à cui-là. C'est un garçon robuste que tu nous a fait là !
- Je ne peux rien dire, et je ne peux pas abandonner mon petiot, même si je sais qu'il va être difficile de continuer de travailler dans l'auberge pour nous nourrir tous les deux.
- Comme tu voudras. Je vais nettoyer tout ce bazar que tu m'as fait. Tu n'as qu'à dormir maintenant, tiens le contre toi. Nous trouverons bien comment expliquer à ton père tout ça. Reste ici quelques jours, j'irais lui parler moi-même. Ah, elle ne m'écoute plus, pauvrette.

La jeune femme laissait déjà échapper quelques ronflements...

25 années plus tard...

Une silhouette accroupie s'affaire sur une carcasse presque aussi grande qu'elle, des tendons et d'autres morceaux sanglants l'entourant dans une clairière faiblement éclairée par le soleil matinal.

- Gaeralt, magne-toi nom d'un chien galeux ! C'est pas pour tes beaux yeux que je te paie, mais pour dépecer proprement ces bestioles !
- Je n'en ai plus pour longtemps, patron.

L'homme de petite stature fais à présent adroitement glisser une lame entre la peau et les chairs du sanglier, la détachant par pans entiers. Ses mains et ses avant-bras sont maculés de sang poisseux, qu'il nettoie grossièrement après avoir terminé sa besogne.

-Allez, charge moi ça sur la charrette, face d'avorton ! Qu'on en finisse ! C'est ce soir que j'dois visiter ma gueuse et si on prend du retard c'est sur toi que je me défoulerai.
- On peut y aller, patron, c'est le 5ème bestiau de l'après-midi, je finirai la carcasse à l'atelier.

Les deux hommes se mettent en route, en silence, alors que la charrette laisse dans son sillage un mince filet de sang presque noir. Arrivés à l'arrière boutique, située à la lisière de Comté de l'Or, ils déchargent les peaux et les carcasses, puis Gaeralt reste seul à débiter des morceaux de viande, les ranger dans des jarres d'huile salée, puis à frotter les peaux avec une brosse et du sel pour en détacher les reliefs de viande restants.

- Si ce gros lardon s'imagine que je vais passer le restant de mes jours à z'y faire des besognes puantes, il se trompe... C'est décidé, à la fin de la semaine je demande ma solde, et je pars découvrir le monde. Ce gnome que j'ai croisé l'aut' soir m'a parlé de la cité des nains, des paysages pleins de neige et de la bière qui coule à flots. Ca sera pas pire qu'ici, et c'est mon avis qu'on se moquera pas de ma taille par là-bas. Je ferais mon beurre avec des peaux et de la viandaille, sauf que ce sera pour ma pomme, té ! Puis j'me foutrais une peau d'ours sur les épaules et j'aurais l'air d'un brave, pas d'une demi-portion plein de crasse comme ici.

Ce n'est que plus tard, après avoir terminé ses corvées que Gaeralt Shiddle entrepris de planifier son prochain départ, allongé dans la pénombre ; comptant sur la douceur de l'arrière saison et sur les quelques pièces d'argent mises de côté pour voyager avec le strict nécéssaire : son coutelas, une sacoche craquelée et la vieille couverture que lui avait laissé sa mère, dont il conservait une mèche noire comme le charbon dans sa bourse.

Ses voyages le conduiraient des régions montagneuses jusqu'au abords du Loch Modan, où il s'établit quelques années à son compte. Bien vite lassé par l'existence répétitive d'un tanneur, il entrepris de proposer son aide à qui le paierait bien, et cela même si le travail consistait à glisser sa lame dans d'autres gorges que celles d'animaux.
L'attraction des grandes villes se faisait de plus en plus pressant, et il se décida enfin d'aller explorer la capitale dont il avait si souvent contemplé les murailles sans jamais oser y mettre les pieds.

Des bavardages qu'il surpris à la taverne où il épuisait ses dernières sesterces lui apprirent qu'il était possible d'intégrer une Guilde, et que la solde était intéressante, en plus de l'opportunité d'y croiser des jeunes pouliches un peu farouches. Sa décision fut prise à cet instant précis, et il entrepris de se rendre là-bas dès le lendemain.

Aujourd'hui...

-Oyez, y'a quelqu'un ?
Je me permets d'entrer !

Gaeralt, vient d'entrer dans ce qui semble être le Centre de Commandement d'Hurlevent, dont la porte ouverte lui a été indiquée par une homme à cheval quelques instants plus tôt.

- C'est bien ma veine, c'est vide on dirait bien. Je m'en vais leur laisser un mot, des fois qu'ils aient besoin d'un gars sérieux pour leurs prêter main-forte.

Il griffonne quelques mots sur un morceau de papier sorti de sa besace, puis le coinçe sous une chope sur la grande table, au milieu de la pièce.
Il quitte les lieux, un peu déçu mais déterminé à revenir bientôt.[/justify]

[/url]

Le soleil brûlant des Marches de l'Ouest tambourinait sur la caboche de Gaeralt, alors qu'il s'affairait à dépouiller un coyote de sa peau. Aiguillé par son intuition, il se décida à retourner au Centre de Commandement de Hurlevent pour tenter sa chance à nouveau...

Arrivé aux abords de la ville, il profita de l'étendue d'eau sous les portes de la cité pour se débarbouiller, puis il sortit sa plus belle chemise de lin de sa sacoche pour l'enfiler.

Arrivé à l'entrée du Centre de Commandement, il appela plusieurs fois, sans succès, et entrepris d'entrer plus avant. Des bruits sourds provenant du sous-sol l'attirèrent dans une cave, qu'il rejoignit d'un pas hésitant.
Un officier, occupé à ce qui semblait être un inventaire de nombreuses caisses et sacs, le remarqua peu après.
L'homme était très grand, et irradiait d'une autorité naturelle. Gaeralt ne put s'empêcher d'admirer les reflets bleutés du métal du bouclier que portait l'officier dans son dos, alors qu'il le suivait pour un court entretien à l'étage supérieur.

Après quelques questions concises, l'homme parut hésiter à dire quelque chose à plusieurs reprises au semi-homme qui se tenait nerveusement devant lui... Gaeralt sentit que quelque chose n'allait pas, peut-être concernant sa taille...


-


Finalement, le Capitaine Capashen tendit avec un soupir un contrat de recrutement à l'étrange gnome se tenant devant lui, que le petit homme s'empressa de signer. Une fois dehors, il confia son cheval bai aux soins de la jeune recrue, se demandant si toutefois celui-ci arriverait à grimper dessus pour lui faire faire un peu d'exercice ; Gaeralt réussit à enfourcher le cheval du premier coup, avec l'habitude crâne d'un petit homme habitué à chevaucher.


L'officier lui avait ordonné de suivre une formation au SI:7, il ne savait pas trop à quoi s'attendre, mais ça ne comptait pas pour le moment, grisé qu'il était par la chance d'avoir été recruté dans un corps d'armée, chevauchant la barbe au vent dans les ruelles d'Hurlevent...
avatar
Gaeralt


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
20/100  (20/100)
Rôle dans la Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaeralt Shiddle

Message  Gaeralt le Mer 4 Nov 2009 - 22:00

Gaeralt dû redescendre sur terre bien vite, quelques temps plus tard, alors qu'on lui affectait au SI:7 un simple poste de collecte de renseignement dans les Marches de l'Ouest.
L'officier espion en charge des affectations ne prenait guère de pincettes avec lui :


- Alors, j'hérite encore d'un bleu-bite inexpérimenté ? Désolé mon gars, mais on a ni le temps ni les fonds pour te former convenablement. Tu devras apprendre sur le tas, en espérant que tu ne te fasses pas tuer !
Prends cette enveloppe, et ces pièces d'argent, ça te paiera de quoi te rendre aux Marches de l'Ouest, c'est là-bas que tu te feras les dents...

- Oui, M'sieur ! A vos ordres, je ferais de mon mieux. Qui dois-je contacter une fois sur place ?

- Tu n'as qu'à te présenter à la Tour des Sentinelles, ils pourront te renseigner sur la zone où tu devras collecter des informations. Allez, du vent ! Tâche de ne pas mourir trop vite.

Le soleil déclinait alors que Gaeralt quittait la vieille ville, prenant la direction de l'étable des griffons d'Hurlevent. Il décacheta tout en marchant l'enveloppe froissée et en sortit un feuillet partiellement codé, dont il ne put que comprendre la moitié écrite en langage commun.


- Hmm, activité Gnoll suspecte, effervescence tribale et incursions brutales. Ca a l'air sérieux... Je vais acheter quelques provisions, aucune idée du temps que je vais devoir passer là-bas à les surveiller.

---



Deux jours plus tard...
Le corps engourdi par des heures de planque dans des fourrés desséchés au nord des Marches de l'Ouest, Gaeralt prenait quelques notes sur les mouvements effectués par les Gnolls durant la dernière journée.
Il fut alerté par des bruits de pas lourds venant dans sa direction, et sortit la tête des buissons arides qui lui servaient de cachette. Un homme bien bâti et vêtu d'une cotte de mailles approchait dans un semblant de discrétion, cherchant du regard quelque chose ou quelqu'un.
Gaeralt sortit du couvert tout en faisant signe au balourd de faire moins de bruit.

- Shiddle ? Je suis envoyé par la Guilde pour vous prêter main forte. Allons nous occuper de ces Gnolls.

- Et vous êtes ? Je suis pour l'instant affecté à leur surveillance, que s'passe-t-il ?

- Excusez-moi, je me prénomme Enäf, et nous avons pour ordre de mettre fin au risque que représentent ces brutes dans le secteur. Il faudra rapporter leurs pattes pour prouver que notre besogne a été accomplie...

- Ah, d'accord... Bon, j'suis pas trop expérimenté au combat faut dire, que pensez-vous si on essayait de les attirer un à un loin de leur campement ?

- C'est d'accord, passez devant.

Les deux hommes entreprirent alors d'approcher d'un guerrier gnoll plus isolé du reste du groupe...
avatar
Gaeralt


Feuille de personnage
Tabard Tabard:
20/100  (20/100)
Rôle dans la Guilde:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum